La perméabilité à l'air des réseaux de ventilation

Qu'est-ce que la perméabilité à l'air réseau ?

Assurer un bon niveau d'étanchéité à l'air réseau pour un bâtiment, c'est être capable de maîtriser les flux d'air parasites d'un assemblage de réseau de ventilation et groupe d'extraction ou soufflage répondant aux classes en vigueurs.

Il s'agit de garantir un système de ventilation efficace et performant, afin d'obtenir une bonne qualité de l'air intérieur aux occupants, par conséquent un système de ventilation économe en énergie.

En France le débit de fuite sur un réseau de ventilation peu représenter 20% du débit nominal : c'est trois fois plus que la classe A qui est la classe la moins bonne sur une échelle de A à D.

Un réseau d'air peu étanche conduira à dégrader des fonctions essentielles d'un bâtiment.

Voici les enjeux les plus importants répertoriés :

  • L'hygiène et la qualité de l'air intérieur (débits hygiéniques plus adaptés)
  • Le confort thermique et acoustique des occupants (volume d'air, bruit ventilateurs)
  • La consommation d'énergie (pertes d'air chaud ou froid, surconsommations des ventilateurs)
  • La conservation du bâti (dégradation liée à la présence d'humidité)

La mesure de perméabilité à l'air réseau permet de valider la qualité de mise en œuvre des réseaux, par conséquent, de contrôler l'efficacité du système de renouvellement d'air d'un bâtiment et de s'inscrire dans une démarche qualitative.

Pourquoi étancher un réseau de ventilation ?

Les réseaux aérauliques sont présents dans la grande majorité des bâtiments résidentiels et tertiaires, leur rôle est de véhiculer une certaine quantité d'air potentiellement traité entre l'intérieur et l'extérieur des bâtiments, dans les deux sens.

Ils ne doivent pas générer de fuites parasites, pas plus que ne doivent fuir les réseaux transportant d'autres fluides tels que l'eau ou les gaz. Même si les dégâts occasionnés par les fuites des réseaux d'air sont bien moins spectaculaires, ils n'en impactent pas moins, de façon plus ou moins grave, la santé des occupants, les consommations d'énergie et la conservation du bâti.

Les réseaux aérauliques véhiculent :

- de l'air hygiénique : réseau de "ventilation seule", air extrait, air insufflé

- de l'air vicié : extrait des locaux, chargé en humidité et en polluants

- de l'air traité : air chaud, froid, humidifié, déshumidifié, filtré, désinfecté, incluant le renouvellement d'air

Comment s'exprime la perméabilité à l'air réseau ?

Les normes sur les conduits ont défini 4 classes de fuites, allant de A à D (A = la moins performante) en fonction du débit de fuite par m² de surface de réseau.

 

Classe d'étanchéité à l'air Limite d'étanchéité à l'air fmax
Défaut (RT2012) 0,0675 x Pessai 0,65.10-3
A 0,027 x Pessai 0,65.10-3
B 0,009 x Pessai 0,65.10-3
C 0,003 x Pessai 0,65.10-3
D 0,001 x Pessai 0,65.10-3

 

Quelle est la situation du marché ?

Une fois les bâtiments devenus étanches à l'air et bien isolés, la problématique de la ventilation devient prépondérante. Afin de réduire ce poste de consommation et de garantir une bonne qualité d'air, il est essentiel de s'assurer que le système de ventilation fonctionne correctement.

Le niveau d'exigence se renforce dans le cadre de Labels ou dans le cadre de prise en compte d'une classe de réseau dans le calcul réglementaire par le bureau d'études thermique.

Les entreprises en charge de l'installation des systèmes de ventilation doivent prendre conscience de l'importance de la qualité d'assemblage, des règles de pose et de mise en œuvre du matériel.

Le contrôle d'étanchéité à l'air des réseaux de ventilation s'organise autour de la qualité et est en adéquation avec la perméabilité à l'air du bâti.

Les entreprises en charge de ce type de contrôle sont référencées sur le site Effinergie et devront obtenir une qualification appelée 8721 auprès de Qualibat.

La mesure d'étanchéité à l'air réseau de ventilation :

1. Récupération des données techniques via le bureau d'études fluides/entreprise et préparation des données techniques (plans, descriptif matériel,...)

2. Établissement de la fiche de renseignements selon les données techniques nécessaires à la mesure

3. Planification de la visite sur site

4. Intervention sur site :

  • Conditionnement du réseau selon le fascicule FD E 51-767
  • Contrôle visuel
  • Installation de l'appareil de mesure
  • Mise en dépression ou surpression du réseau
  • Réalisation d'une mesure
  • Contrôle qualitatif de l'enveloppe qui permet la consignation et l'identification des points d'infiltration d'air parasite du réseau

5. Établissement d'un rapport d'essai détaillé selon les données obtenues lors de la mesure

6. Transmission (par mail et/ou par courrier) du rapport d'essai avec courrier d'accompagnement.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK